Une si jolie petite ville ne mérite pas cela !

    Brantôme est une bien jolie petite ville.  Il est triste que certains la défigurent, souvent sans penser à mal.  Ce sont parfois les passants d'un jour, qui veulent saisir l'instant pour le chérir en souvenir, qui mettent le doigt sur ces taches que l'habitué des lieux ne voit plus... Ici ce sont des antennes ou des paraboles mal placées, tantôt fichées dans des façades, comme dans le mur de la "Maison des Anciens" bordant la Dronne, tantôt amoncelées monstrueusement sur quelques mètres carrés de beaux toits de tuiles, tantôt alignées juste devant un élément architectural remarquable,comme la cheminée des Maures sur l'ancien Hôtel Saint-Pierre, et comme par exprès, juste dans la vue recommandée par l'Office du Tourisme, à l'entrée de la rue de La Boëtie, et qui a fait faire demi-tour à plus d'un touriste dépité de ne pouvoir prendre son cliché qui en eût été gâché...  Là ce sont les boîtiers disgracieux des climatiseurs dans de beaux petits jardins visibles des ruelles ou au fond d'impasses qui méritaient mieux, ou fourrées en hauteur dans les venelles étroites ou les andrones, quand ils ne sont pas directement accrochés en façade... Et puis, on nous signale encore ces placardages de pancartes qui font aussi taches au milieu d'un panorama qui appartient à tous, tel cet écriteau pour les kayakistes, maladroitement pendu au-dessus d'une arche du Pont Coudé - qui est un des fleurons de Brantôme - ou celui du Moulin de l'Abbaye, bien en grand pour sa publicité, mais qui, là aussi, rebute les bons photographes... encore que certains fassent remarquer que ce n'est pas dommage car il y a pire, avec cette roue improbable qui tourne dans le déversoir du trop-plein parce qu'on n'a pu la laisser en place dans son bief autrement occupé aujourd'hui... !  Ce sont aussi ces nouvelles plaques de toits vite délavées donnant l'illusion de tuiles puis ressemblant à de simples plaques d'arbeste de hangar et qu'on voit de Brantôme à Boulouneix ou Belaygue... Et puis il y a ces écriteaux qui fleurissent en divers endroits de la commune, parfois pitoyables sur un monument classé comme le Manoir de la Hierce, pour inviter à ne pas uriner sur les murs - ce sont les troupes de Vespasien qui ont ainsi sévèrement fêlé la Tour Vésonne -, ou à ne pas se pencher par-dessus - à Bruzac, Du Guesclin, se penchant du haut des créneaux, avait fait s'effondrer tout un corps de logis entre les deux châteaux, comme tout le monde le sait -, ou ceux, apparus depuis peu, qui méconnaissent les droits des promeneurs et randonneurs, interdisant des accès réputés ouverts par les plus récentes cartes de l'I.G.N., faisant croire qu'ils sont "sans issue", ou même "chemin privé" comme à Puy-Fournier, d'en haut comme d'en bas...  alors qu'il faut trente ans en droit d'un refus accepté par tous pour condamner un passage public et que, dans le même temps, les publications vendues 2 € à l'Office du Tourisme invitent toujours à les parcourir pour le magnifique panorama qu'on peut découvrir de là !  Il y a enfin des détails qui ennuient et appellent à un sursaut d'entretien :  des volets à moitié entretenus depuis des lunes, des balcons laissés dans un état si déplorable qu'ils ne tarderont pas à tomber en ruine, comme ceux du centre psycho-médico-social de la rue Montaigne, qui mériteraient - en tout cas pour celui du haut - d'être repris dans le petit patrimoine local à protéger pour la postérité ;  le bois de la poutre principale est par endroit presque de l'étoupe.  On pourrait ajouter les tags qui font de ci de là leur apparition, mais ceci témoigne plus d'une malveillance dont ne relèvent pas les remarques précédentes... et l'amalgame serait malheureux car nous ne le souhaitons pas.

     Voici en tout cas pêle-mêle quelques clichés que nous avons glânés ou reçus.  A chacun d'en tirer la leçon... pour une villette plus attrayante encore. Allons, appelons cela "croisade pour le patrimoine" !

 

 Au fond de la jeune Impasse du Minage  (tout à côté, il y a de superbes petites baies géminées romanes...)

 De la rue Lacouture, près de la caserne des Pompiers, toits de tuiles en cascade de la rue Georges Saumande...

 

A l'arrière de l'Hostellerie du Périgord, une rue sans nom officiel. Les cartes d'Etat-Major ne tiennent pas même langage.  Et le panneau est inconnu (au bataillon) du code de la route !

 

 Au pied du chemin de Puy-Fournier, en quittant le bourg, à quelques mètres du précédent...

 

Une voie merveilleuse qui mène à Brantôme (au fond, à droite, un magnifique panorama...  tout le long du chemin) en toute légalité...

Pour ceux qui ne l'auraient pas compris, c'est un hôtel-restaurant Relais & Châteaux... 

Avec une roue qui tourne par erreur dans un canal de dérivation ou trop-plein...

Des lecteurs nous signalent qu'elle n'y est plus... Mais elle va y être remise !

 

Foi de kayakiste, cette passerelle pénible qui en a vu ramer beaucoup aurait pu être mieux pratiquée.  Sans l'écriteau, peut-être que des u.l.m. s'y risqueraient...

Sur la façade du petit manoir dominant "Les Arômes".  Techniquement ce boîtier ne pourrait-il se placer derrière le motif ajouré ?

En quittant la rue Puyjoli, à l'entrée de la rue de La Boëtie, point de vue recommandé depuis des lustres par l'O.T. !  Et dire que tout le site visible du clocher est dit classé et protégé...

 

C'est la façade de la belle Maison de Retraite au confluent de la Dronne et du Canal des Moines, du côté de l'ancien lavoir détruit dans les années 8o.  Avec ses antennes passe-muraille inattendues et bien disgracieuses...

Un (beau ?) jardin, visible de la rue Bugeaud... Brr...

 

(A suivre)      

N'hésitez pas à adresser vos commentaires par courriel :   Athis.Brantome@yahoo.fr

Nous y donnerons suite dans la mesure de nos possibilités.

D'avance, merci.

D'autres images ?  Adressez-les nous en fichier attaché :  Athis@gmx.fr ou Athis@gmx.com

 

 

 

 

 

 

2 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×